LA PLACE ROYALE

Création
Théâtre
LA PLACE ROYALE
Corneille · Vigner

Présentation

La Place royale conte les atermoiements d’Alidor, qui aime Angélique, sans toutefois pouvoir se résoudre à l’idée d’un mariage qui signifierait la perte de sa liberté. Lassée des subterfuges de son amant pour la faire se détourner de lui, puis lui revenir, l’amoureuse déroutée finira par entrer au couvent...

"La pièce commence par une discussion entre deux femmes qui défendent chacune leur Art d'Aimer. Angélique érige l'amour en absolu, elle entend la passion comme valeur suprême, tandis que Phylis son amie, voit dans la passion l'aliénation de sa propre liberté et préconise l'indifférence, aimer tout le monde afin de n'être attaché à personne. L'arrivée sur la place de Cléandre et de Doraste vient illustrer la thèse de Phylis, les deux hommes se plaignant de l'empire de la passion amoureuse sur eux. Quand intervient Alidor, ami de Cléandre, une passion partagée l'attache à Angélique: "j'idolâtre Angélique.", mais il voit dans l'amour l'aliénation de sa liberté, ayant une conscience aigüe de l'asservissement passionnel et un sentiment tragique du temps: "je veux la liberté dans le milieu des fers." Utopie dont parle OCTAVE NADAL: "Alidor est le moment anarchique pur de la liberté, moment de jeunesse superbe certes mais utopique et sans vertu, double face sublime et dérisoire." Il projette de donner Angélique à son meilleur ami Cléandre, incapable de la quitter, il va s'arranger pour que ce soit elle qui renonce à lui, sa solution n'est pas de neutraliser l'autre par l'indifférence à la façon de Phylis mais d'affirmer la présence de l'autre par l'entremise d'un jeu pervers, pour ensuite le supprimer radicalement. Le drame du renoncement devient celui de la persécution. Mais sous prétexte de se débarrasser sur l'autre d'un effort douloureux pour retrouver l'indépendance, il aboutit à cette dépendance de l'autre. Le dénouement atteste qu'il n'a pas cessé d'aimer et qu'il aime davantage: "Alidor semble ne commencer à l'aimer que quand il lui a donné sujet de le haïr", dixit CORNEILLE dans L'EXAMEN. Alidor noble se pose en héros, son action est indissociable de l'orgueil aristocratique, il met à l'épreuve sa propre liberté par rapport à lui et au monde."
ÉRIC VIGNER

"Dans LA PLACE ROYALE, il n'y a en effet ni famille, ni clan, ni État. Tous les personnages y vivent non dans un tout mais enracinés dans eux-mêmes. Sans fondements raciaux, familiaux; sans lien qui les rattache solidement aux parents, nombreux, certes, dans les comédies, mais sans parenté si l'on peut dire avec leurs enfants. Ceux-ci admirablement seuls avec eux-mêmes, ne sont marqués d'aucun atavisme. De là cette précarité, cette désinvolture, cette actualité de leur caractère. Ils sont non d'un pays ou d'une époque, mais d'une place et d'un moment. Instables, capricieux, utopiques. Âge de la jeunesse échappée de la tutelle paternelle et proche du mariage. Instant abstrait, d'énergie spirituelle intense, où le jeune homme prenant conscience de sa personne, interpose entre le monde et lui des desseins et des images aussi éloignés des choses que des songes. Il croit penser et il n'a que des idées. Alidor n'échappe pas à cette condition. Il l'accuse plutôt."
OCTAVE NADAL

"Cette Académie ne pourra sans doute se définir que dans le temps et au fil des rencontres car c’est bien de cela qu’il s’agit, échanger, désirer, construire dans un temps préalablement défini et au-delà, peut-être. Le crédit de cette Académie, ce sont ses comédiens. Ce groupe devra être responsable de son ensemble car il ne s’agit pas simplement d’une mise en place d’un spectacle ni d’une production théâtrale mais de penser à ce qu’est le théâtre aujourd’hui, un théâtre du XXIe siècle et surtout à la manière dont on fait ce théâtre. Le groupe devra générer une forme de travail au-delà d’une simple direction d’acteurs. Les comédiens de l’Académie doivent être capables d’atteindre une auto-direction et une liberté personnelle à l’intérieur d’un principe de travail."
TOMMY MILLIOT, Extrait du Journal de l'Académie.

Extrait du parcours

C’est avec LA PLACE ROYALE de PIERRE CORNEILLE, pièce de jeunesse sur la jeunesse écrite en 1634, que L’Académie scelle son acte de naissance.

La Place royale prend son départ dans l’inquiétude d’Alidor face à un amour qui le dépossède de la faculté de se gouverner lui-même, et lui fait perdre, avec son "indifférence", son indépendance :

"Je veux la liberté dans le milieu des fers." [1]

Place aux jeunes

"Comme s’il fallait que le personnage le plus théâtral, le plus inconstant, l’homme de la feinte, l’extraordinaire extravagant, s’installe à tout jamais sur le lieu de théâtre, au milieu du monde moderne, sur cette Place royale socialement théâtralisée, pour le plus grand plaisir et la plus grande gêne du public. Car si le personnage d’Alidor représente assurément la liberté et la solitude particulière, s’il défend l’idée que puisse exister une sorte de passion singulière, une passion de soi plus qu’un amour-propre, montre aussi que la volonté singulière de dominer peut être à la fois une place forte et un refuge, une victoire et un pis-aller, une qualité libertine et un péché notoire. C’est donc d’un libertin de théâtre qu’il est question.

Entre 1629 et 1635, Corneille crée six pièces qui l’installent au rang du meilleur auteur de comédies de son temps et du grand pourvoyeur de textes pour la troupe de Mondory, au Théâtre du Marais. Mélite, La Veuve, La Galerie du Palais, La Suivante, La Place royale et l’illusion comique font de lui une sorte de nouveau Térence, bien avant Molière. Car, voici qui est nouveau, les jeunes gens de Corneille ne sont pas là pour résister à leur père qui veut les marier à un(e) autre et pour demander à leurs valets, qui font rire le public, de les aider dans leur projet matrimonial et leurs dépenses. Non. Ils sont grands, ils jouent leur propre partie et s’essaient à la virtuosité. Il ne s’agit donc pas, comme le disait Aristote, d’imiter par la comédie, des personnes basses et fourbes, mais de construire une action “jeune” et “moderne” qui comprend une intrigue matrimoniale et des obstacles dans lesquels les malentendus, les quiproquos, les feintes et même les fourberies des jeunes gens eux-mêmes ont leur part. Ainsi, pour Corneille, seul le théâtre est à même de peindre cet ensemble contradictoire, de ne pas choisir une solution mais de les donner toutes, et de permettre que les jeunes gens se tournent, traditionnellement et canoniquement vers le mariage comique, pathétiquement vers la retraite et la religion, ou, bizarrement, vers l’inconstance et le libertinage. Car Corneille ne donne la palme ni au petit couple, ni à la future nonne et future Elvire, ni au proto-Dom Juan, il les laisse perdants, en notant que seul le jeu théâtral triomphe parce qu’il intéresse les lecteurs et les spectateurs."
CHRISTIAN BIET

"La déclamation de l’alexandrin n’est ni de la prose ni de la musique." [2]

"Le vers est la forme optique de la pensée." [3]

"Lire un poème est une cérémonie. Cela ne consiste pas seulement en une appréciation (“jugement esthétique”). Un poème qui commence par “Ô Mort…” Cela suffit pour tourner l’esprit du lecteur bienveillant dans un certain sens ; à lui donner une attitude, comme il est des attitudes du corps (convenues ou naturelles, on n’a pas à s’en soucier ; ce doit être un faux problème). Immédiatement - en général dès le premier vers - le lecteur sait de quoi il s’agit. (Quand je cite par exemple le début “Ô Mort…”, ce n’est pas tellement à cause du mot “Mort” qui est déjà une variation, que plutôt à cause de l’interjection “Ô”. Elle suffit à définir l’attitude clef du poème : le mot “Mort” définirait plutôt si j’ose dire l’attitude serrure. Le “Oh !” est moins explicite. Il faut attendre : “Oh combien de…”) L’alexandrin n’est plus ce qu’il était. De nos jours, il est pour le poète ce qui le rend semblable aux poètes connus de tous alors qu’il n’était autrefois (?) qu’un moyen de séduction, qui devait opérer sur un public pour lequel il était nouveau." [4]

"Le cadre a été posé, un groupe d’acteurs venus de pays et d’horizons divers, pour une durée assez longue - mais moins longue que le séjour que firent bien des disciples de Platon à l’Académie : ainsi Aristote y resta-t-il vingt ans, et le programme éducatif tracé dans La République suggère que l’apprentissage de la dialectique ne peut guère être acquis avant l’âge de cinquante ans, après quoi les plus résistants pourront enfin passer à la vision du Bien, couronnement de tout le processus d’apprentissage. Pour poursuivre la comparaison, l’Académie de Lorient réalise un travail organisé autour de trois pièces, et le rôle du fondateur-metteur en scène, à partir de cette fondation, consiste bien pour une bonne part à proposer des problèmes – non pas les problèmes théoriques qui faisaient l’objet des discussions des platoniciens, mais des problèmes de prononciation, de versification, de sens, de déplacement, de geste… Un moment me semble particulièrement saillant dans l’existence des Académies européennes, et il est significatif que ce soit aussi le moment de création de la première des pièces choisies par ÉRIC VIGNER pour son Académie, la Place royale : le "Grand siècle", l’âge classique, le XVIIe siècle. Le passage de ces frontières, entre époques, styles, questionnements, inquiétudes, la rencontre de ces jeunes gens dans le travail sur les textes où se déposent ces questions, a toutes les chances de fonctionner comme l’entrechoc de ces pierres que Platon présentait métaphoriquement comme la condition du surgissement d’une étincelle de vérité. Dans l’Académie, cela se nommait d’un mot parent de cette pratique du dialogue où s’illustre le génie platonicien : la dialectique."
JEAN-CLAUDE MONOD

"Alidor, tu consens qu'un autre la possède !
Tu t'exposes sans crainte a des maux sans remède !
Ne romps point les effets de son intention
Et laisse un libre cours à ton affection :
Fais ce beau coup pour toi : suis l'ardeur qui te presse,
Mais trahir ton ami ! mais trahir ta maitresse !
Je n'en veux obliger pas un à me haïr
Et ne sais qui des deux, ou servir, ou trahir.
Quoi ! je balance encor, je m'arrête, je doute !
Mes résolutions, qui vous met en déroute ?"
[5]

[1] PIERRE CORNEILLE, LA PLACE ROYALE, Acte I scène IV, édition revue par l’auteur en 1682
[2] DIRE LE VERS, JEAN-CLAUDE MILNER, FRANÇOIS REGNAULT, Éditions Verdier 1987
[3] VICTOR HUGO, Préface de CROMWELL
[4] ROLAND DUBILLARD, Entretien avec JEAN-PIERRE THIBAUDAT
[5] PIERRE CORNEILLE, LA PLACE ROYALE, Acte IV scène I
 

© Photographies : Alain Fonteray
Textes assemblés par Jutta Johanna Weiss
© CDDB-Théâtre de Lorient

Générique & production

Œuvre originale

Titre de l'œuvre originale: 
La Place Royale ou l'Amoureux Extravagant
Auteur de l'œuvre originale: 
Langue de l'œuvre originale : 
Français
Genre de l'œuvre originale: 
Éditeur de l'œuvre originale: 
Année de dépôt légal ou de création originale: 
1682

Générique

Langue du spectacle: 
Français
Nombre d'interprètes: 
7
Mise en scène, décor & costumes: 
Lumière: 
Chorégraphie: 
Maquillage & coiffure: 
Collaboration artistique: 
Assistant(e) à la mise en scène: 
Assistant(e) au décor: 
Reportage photographique: 
Dramaturgie: 
Assistante aux costumes:

Création production

Calendrier

Répétitions & création

Répétitions au CDDB - Théâtre de Lorient 29 Aoû 2011 - 02 Oct 2011
Création au CDDB - Théâtre de Lorient 03 Oct 2011 - 18 Oct 2011
Reprise au CDDB - Théâtre de Lorient 18 Mar 2013 - 22 Mar 2013

En tournée

La Halle aux Grains · Scène nationale de Blois 07 Nov 2011 - 08 Nov 2011
Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre 17 Nov 2011 - 24 Nov 2011
Théâtre de l'Olivier · Istres 06 Déc 2011
Théâtres en Dracénie · Draguignan 08 Déc 2011
Nouveau Théâtre d'Angers · Centre Dramatique National 04 Jan 2012 - 07 Jan 2012
Le Quartz · Scène nationale de Brest (en intégrale avec Guantanamo les 19 et 26 janvier) 17 Jan 2012 - 28 Jan 2012
Théâtre de Cornouaille · Scène nationale de Quimper 07 Fév 2012
Théâtre de Poche · Hédé 02 Mar 2012 - 03 Mar 2012
La Passerelle · Scène nationale de Saint-Brieuc 06 Mar 2012
La Lucarne · Arradon 09 Mar 2012
Théâtre du Pays de Morlaix 14 Mar 2012
Le Parvis · Scène nationale de Tarbes 22 Mar 2012
Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine 26 Mar 2012 - 28 Mar 2012
Théâtre National de Marseille · La Criée 17 Avr 2012 - 20 Avr 2012
Comédie de Caen · CDN de Normandie 15 Mai 2012 - 16 Mai 2012
Théâtre des 13 vents · CDN de Montpellier 22 Mai 2012 - 25 Mai 2012
La Comédie de Clermont-Ferrand · Scène nationale 08 Jan 2013 - 12 Jan 2013
Théâtre de Nîmes 29 Jan 2013 - 01 Fév 2013
LA PLACE ROYALE et GUANTANAMO · Théâtre National de Strasbourg 09 Fév 2013 - 16 Fév 2013
TAP · Théâtre et Auditorium de Poitiers 05 Nov 2013 - 07 Nov 2013

Communication

Bible · Feuille de salle
Communication CDDB/TDL
Bible · Feuille de salle
Bible · Feuille de salle
Communication CDDB/TDL
Bible · Feuille de salle
Bible · Feuille de salle
Communication CDDB/TDL
Bible · Feuille de salle
Bible · Feuille de salle
Communication CDDB/TDL
Bible · Feuille de salle

Presse

"Plus que l'idée de la modernité, c'est celle de l'universalité, que nous retiendrons."
Ouest France
"Étonnant diptyque entre Frank Smith, "poetic war reporter" et Corneille, dramaturge classique."
Le Télégramme
"De Guantanamo à Corneille, le théâtre d'Éric Vigner est merveilleux."
L'Express
Presse régionale - Avant-papier
Sep 2011
Éric Demey
2011-09
Presse régionale - Avant-papier
Oct 2011
2011-10
Revue spécialisée
Déc 2011
2011-12
Presse régionale - Avant-papier
Déc 2012
2012-12
Presse régionale - Avant-papier
Jan 2013
Zap
2013-01
Presse régionale - Avant-papier
22 Sep 2011
2011-09-22
Presse régionale - Avant-papier
28 Sep 2011
Jenny Busche
2011-09-28
Presse régionale - Critique
05 Oct 2011
Gildas Jaffré
2011-10-05
Presse nationale - Critique
06 Oct 2011
Philippe Chevilley
2011-10-06
Presse régionale - Critique
10 Oct 2011
2011-10-10
Presse régionale - Avant-papier - Costumes
13 Oct 2011
Isabelle Nivet
2011-10-13
Presse régionale - Avant-papier
14 Oct 2011
2011-10-14
Presse régionale - Avant-papier
17 Nov 2011
Florence Soulat
2011-11-17
Presse régionale - Avant-papier
17 Nov 2011
G.M.
2011-11-17
Presse régionale - Critique
18 Nov 2011
Florence Soulat
2011-11-18
Presse régionale - Avant-papier
23 Nov 2011
Florence Soulat
2011-11-23
Presse régionale - Avant-papier
12 Déc 2011
B.D.
2011-12-12
Presse régionale - Avant-papier
03 Jan 2012
Benoît Robert
2012-01-03
Presse régionale - Critique
07 Jan 2012
2012-01-07
Presse nationale - Critique
07 Jan 2012
E.B.
2012-01-07
Presse régionale - Critique
19 Jan 2012
2012-01-19
Presse régionale - Critique
23 Jan 2012
2012-01-23
Presse régionale - Critique
09 Fév 2012
Éliane Faucon-Dumont
2012-02-09
Presse régionale - Éducation artistique & culturelle
10 Fév 2012
Delphine Tanguy
2012-02-10
Web - Critiques
14 Mar 2012
2012-03-14
Presse régionale - Critique
20 Mar 2012
2012-03-20
Presse régionale - Avant-papier
26 Mar 2012
2012-03-26
Presse nationale - Critique
28 Mar 2012
Laurence Liban
2012-03-28
Presse régionale - Avant-papier
15 Mai 2012
2012-05-15
Presse régionale - Avant-papier
17 Mai 2012
Ghislaine Arba-Laffont
2012-05-17
Presse régionale - Critique
18 Mai 2012
Céline Malewanczyk
2012-05-18
Presse régionale - Avant-papier
18 Mai 2012
Stéphanie Teillais
2012-05-18
Presse régionale - Avant-papier
06 Jan 2013
2013-01-06
Presse régionale - Critique
09 Jan 2013
2013-01-09
Web - Critiques
07 Fév 2013
2013-02-07
Presse régionale - Critique
08 Fév 2013
Christine Zimmer
2013-02-08
Presse régionale - Critique
20 Mar 2013
Isabelle Nivet
2013-03-20

Albums photos

Videos

Audio

Matière artistique