OTHELLO

Création
Théâtre
OTHELLO
Shakespeare · De Vos · Vigner

Présentation

L’Othello de Shakespeare est déjà une œuvre dramatique écrite à partir d’une nouvelle de l’italien Giraldi Cinthio (1565). Shakespeare propose son Othello en 1604, au moment du centenaire de sa source d’inspiration (Cinthio, 1504-1573) : entre la reine et le roi, Elisabeth et Jacques, entre Hamlet et Macbeth.

Quatre siècles plus tard, Éric Vigner décide d’écrire, avec Rémi De Vos, une nouvelle version pour la scène : Othello, 1604-2008. Il ne s’agit donc pas véritablement d’une traduction – même si après l’italien et l’anglais, l’histoire du Maure de Venise poursuit son nomadisme linguistique, pour une nouvelle fois être travaillé par le français et travailler en retour la culture française –, mais davantage d’une nouvelle composition ou recomposition qui admet ses propres sélections récusées par la déontologie traditionnelle de la traduction.

Davantage que dans une proximité historique avec les Classiques français, Corneille (1988, 1996), Racine (1995), Molière (1999, 2004), William Shakespeare s’inscrit, dans le parcours de Vigner, au cœur d’un souci du contemporain, à la suite notamment de Marguerite Duras (1993-2006), Rémi De Vos (2006-2007) et Bernard-Marie Koltès (2008). Juste avant Shakespeare, l’auteur de La Nuit…, l’auteur de Minuit, a donné lieu à une mise en scène d’Éric Vigner, en anglais : In the Solitude of cotton fields.
En même temps, à l’image de Koltès (Le Jour des meurtres dans l’histoire d’Hamlet, Le Conte d’hiver), Vigner a travaillé en langues inverses pour réintroduire la langue et le corps de Shakespeare dans la langue française contemporaine. Cette double langue – bilinguisme – brouille les identités – de l’anglais de Koltès au français de Shakespeare – pour une hospitalité où Vigner accueille aussi la langue vivante de celui qui est, à la scène, le compagnon de prédilection (on songe notamment à Jusqu’à ce que la mort nous sépare et Débrayage).
D’après Shakespeare, certes, mais après Shakespeare et comme Shakespeare écrivant lui-même (d’) après Cinthio, et après Koltès s’emparant aussi de Shakespeare, Vigner et De Vos proposent donc leurs regards d’artistes dans une perspective intertextuelle et transhistorique, davantage que dans un souci d’une fidélité soucieuse de la lettre shakespearienne et de l’esprit élisabéthain.
OTHELLO AUJOURD'HUI, STÉPHANE PATRICE, Éditions Descartes & Cie, octobre 2008

Extrait du parcours

En octobre 2008, VIGNER met en scène OTHELLO de SHAKESPEARE à Lorient dans une nouvelle traduction et adaptation qu’il signe avec l’auteur dramatique RÉMI DE VOS, avec les comédiens BÉNÉDICTE CERUTTI, MICHEL FAU, SAMIR GUESMI, NICOLAS MARCHAND, VINCENT NÉMETH, AURÉLIEN PATOUILLARD, THOMAS SCIMECA, CATHERINE TRAVELLETTI et JUTTA JOHANNA WEISS. La pièce tourne en France et est notamment présentée à l’Odéon-Théâtre de l’Europe à Paris.

IAGO.
Les hommes devraient être ce qu'ils paraissent.
Ceux qui ne sont pas ce qu'ils paraissent,  
ceux-là ne devraient pas paraître du tout.

OTHELLO.
C'est certain, les hommes devraient être ce qu'ils paraissent. [1]

"Je vous écris d’Atlanta, du printemps 2008, où je mets en scène IN THE SOLITUDE OF COTTON FIELDS. Avant mon départ, avec mon ami RÉMI DE VOS, nous avons achevé l’adaptation de OTHELLO. Six mois de travail acharné, de l’anglais au français, pour être au plus près de la langue de SHAKESPEARE et écrire une version pour la scène, pour les acteurs. De KOLTÈS à SHAKESPEARE, dans l’entrelacs des langues, je lis OTHELLO à la lumière de LA SOLITUDE."
ÉRIC VIGNER

"Deux hommes qui se croisent n’ont pas d’autre choix que de se frapper, avec la violence de l’ennemi ou la douceur de la fraternité." [2]

"Iago est un ange des ténèbres sans forme et sans poids autres que ceux qu’on projette sur lui, un acteur, un "espace blanc" qui autorise toutes les projections, et le théâtre qui révèlera la conscience d’Othello et par ricochet la nôtre. Othello va projeter quelque chose sur cet 'espace blanc' qu’il ne connaît pas et auquel il n’a pas encore eu accès. Othello a séduit Desdemone, s’est marié avec elle – presque dans une logique d’ascension sociale. Et ce qu’il découvre dans ce piège de Iago, ce piège qu’il accepte de façon inconsciente, c’est l’amour. Il ne savait pas à quel point il aimait. Et la logique veut qu’on tue l’objet de son amour."
ÉV

"Le fameux Mouchoir est une pièce maîtresse de ce métier à tisser : ÉRIC VIGNER, metteur en scène, scénographe et costumier, s’est emparé de cette soyeuse métaphore carrée, objet précieux d’Othello volé à Desdemone par Iago. L’image du mouchoir que l’on plie puis déplie est tour à tour paroi murale aux dessins mauresque ou ombre de gratte-ciel de City financière aux milles fenêtres éclairées dans la nuit des terroristes. Un transparent de ciel bleu lumineux ouvre au jeu vivant d’une partie d’échecs installée sur un disque noir avec roi, reines et soldats sculptés, des ombres fantasques chamarrées de noir et blanc, vêtues de la lourde fourrure des grands. Deux passerelles maritimes évoquent la puissance guerrière des Vénitiens en posant le question de la suprématie de l’Occident mis à mal. Un OTHELLO d’actualité."
VÉRONIQUE HOTTE, La Terrasse, 5 novembre 2008

"Il est beaucoup question, dans OTHELLO, de la vision - du désir de voir, qui est aussi bien impuissance, impossibilité de voir. C'est une pièce très paradoxale, tout le temps... Si Othello ne veut pas voir que Iago le trompe, c'est qu'il veut voir autre chose. Il y a un point obscur en lui, comme cette tache aveugle que l'on a tous dans l'oeil. Il a besoin d'une révélation qui a à voir avec l'absolu de l'amour, et en même temps avec sa propre origine..."
ÉV

UN OPÉRA DE LA PAROLE
"Le décor nous rappelle qu’ÉRIC VIGNER fut plasticien avant d’être metteur en scène, et le scénographe prend le pas sur le directeur d’acteurs. Ces hauts panneaux mobiles, moucharabiehs aux couleurs changeantes selon l’éclairage, VIGNER les exploite avec une intelligence rare, jouant sur l’opposition du noir et du blanc, du vide et du plein de l’espace scénique, et, lorsqu’il y met de la couleur, leur donne une force qui va jusqu’à nourrir et imprégner ses acteurs (SAMIR GUESMI immergé d’orange, debout sur la passerelle lors du IIIe acte). Lors de l’arrivée à Chypre (acte II), où le fond noir du plateau fait place à un bleu céruléen qui se reflète sur le sol miroitant d’ébène, le créateur lumière JOËL HOURBEIGT nous fait assister à une aube si féerique que RIMBAUD n’aurait pu la décrire, et où, une fois la réflexion totale sur le plateau, l’on se noie dans le plus beau tableau que ROTHKO aurait peint. Se détachent alors sur ce firmament d’azur les silhouettes des acteurs en ombre chinoise, tels de frêles marionnettes annonçant la fin de la guerre. Un moment de grâce dans un monde qui sombrera bientôt dans les ténèbres. MAETERLINCK estimait que les grands poèmes de l’humanité - tels OTHELLO ou MACBETH - ne pouvaient être destinés à la scène, le poème étant une œuvre d’art que la représentation venait contredire. "Tout chef-d’œuvre est un symbole, et le symbole ne supporte jamais la présence active de l’homme. Il faudrait peut-être écarter entièrement l’être vivant de la scène." Or ÉRIC VIGNER, en assimilant complètement les acteurs à sa scénographie, permet de faire oublier la présence de l’homme ; l’"éclipse totale du soleil et de la lune" a lieu, le noir et le blanc se sont alliés, et ce n’est pas la "terreur" qui a été engendrée, mais l’harmonie d’une esthétique finement ciselée, où l’homme a sublimé sa propre nature."
OLIVIER DHÉNIN, LES TROIS COUPS, 14 novembre 2008

"Doucement, un mot ou deux avant de partir.
J’ai rendu quelques services à l’État, chacun le sait,
n’en parlons plus. Je vous demande seulement,
quand vous rendrez compte dans vos lettres
de ces événements malheureux
de me dépeindre tel que je suis, sans rien atténuer,
mais sans haine non plus. Parlez d’un homme
qui aima non avec sagesse, mais qui aima trop… "
[3]

"Il n’y a pas d’issue, ni d’espoir dans cette pièce noire. L’étranger mercenaire, l’étalon berbère que la république emploie et tolère à des fins politiques, jusqu’à accepter le rapt nocturne de la vierge Desdemone, retournera au chaos préfiguré par cet évanouissement mystérieux où l’homme chute, ravi par le poison distillé par Iago. Othello demeurera l’étranger ; et l’étrange travail de mort qui s’opère dans cette pièce ne sera sublimé par rien. C’est un désert que l’on voit."
ÉV

[1] SHAKESPEARE, OTHELLO, 1604, Traduction RÉMI DE VOS & ÉRIC VIGNER, Descartes & Cie 2008, Acte 3, Scène 3
[2] BERNARD-MARIE KOLTÈS, DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON, Éditions de Minuit 1986
[3] SHAKESPEARE, OTHELLO, 1604, Traduction RÉMI DE VOS & ÉRIC VIGNER, Descartes & Cie 2008, Acte V, scène 2

 

© Photographies : Alain Fonteray, Cyril Brody
Textes assemblés par Jutta Johanna Weiss
© CDDB-Théâtre de Lorient

Générique & production

Œuvre originale

Titre de l'œuvre originale: 
Othello, the Moor of Venice
Auteur de l'œuvre originale: 
Langue de l'œuvre originale : 
Anglais
Genre de l'œuvre originale: 
Année de dépôt légal ou de création originale: 
1604
Traduction de l'œuvre originale: 
,
Adaptation de l'œuvre originale: 
,

William Shakespeare (1564-1616)

Générique

Langue du spectacle: 
Français
Nombre d'interprètes: 
9
Mise en scène, décor & costumes: 
Lumière: 
Maquillage & coiffure: 
Assistant(e) à la mise en scène: 
Assistant(e) au décor: 
Reportage photographique: 
Atelier costumes: 

Création production

Calendrier

Répétitions & création

Lectures à l'Odéon - Théâtre de l'Europe, Paris (Salle Gémier) 29 Fév 2008 - 03 Mar 2008
Lectures à l'Odéon - Théâtre de l'Europe, Paris 21 Juil 2008 - 01 Aoû 2008
Répétitions au CDDB - Théâtre de Lorient 25 Aoû 2008 - 29 Aoû 2008
Répétitions au Grand Théâtre · Lorient 01 Sep 2008 - 05 Oct 2008
Création du CDDB - Théâtre de Lorient au Grand Théâtre 06 Oct 2008 - 10 Oct 2008

En tournée

Théâtre de Cornouaille, Scène Nationale de Quimper 15 Oct 2008 - 16 Oct 2008
Le Rive Gauche, Saint-Étienne du Rouvray 20 Oct 2008 - 21 Oct 2008
Scène Nationale d'Évreux 24 Oct 2008 - 25 Oct 2008
Odéon - Théâtre de l'Europe, Paris 06 Nov 2008 - 07 Déc 2008
Le Parvis - Scène Nationale de Tarbes 11 Déc 2008 - 12 Déc 2008
La Passerelle, Scène Nationale de Saint-Brieuc 13 Jan 2009
Centre Dramatique National Orléans/Loiret/Centre 17 Fév 2009 - 20 Fév 2009

Communication

Bible · Feuille de salle
Bible · Feuille de salle
Bible · Feuille de salle
Bible · Feuille de salle

Presse

"Le spectacle échappe aux grilles de lecture rigides. Affrontement au sommet."
Le Figaro
"De l'obsession, de la manipulation, du complexe d'infériorité, on entend tout, et sans manichéisme."
Libération
"OTHELLO se la joue Mad Max et déploie sa violence dans un sublime écrin de science-fiction dark. Le metteur en scène ERIC VIGNER ausculte au scalpel cette tragédie des passions."
Elle
"La scénographie et les costumes du spectacle d'une rare beauté."
La Quinzaine littéraire
"Un miroir qui réfléchirait les âmes tourmentées des héros."
Agora Vox
"Une vision neuve et volontairement accessible de cette tragédie."
Direct Soir
Presse nationale - Avant-papier
Sep 2008
Fabien Spillmann
2008-09
Presse régionale - Avant-papier
Oct 2008
2008-10
Presse régionale - Critique
18 Fév 2008
Philippe Chastanet
2008-02-18
Propos - Presse régionale - Avant-papier
05 Juin 2008
2008-06-05
Presse nationale - Avant-papier
12 Aoû 2008
2008-08-12
Presse régionale - Avant-papier
10 Sep 2008
Manuel Piolat Soleymat
2008-09-10
Propos - Presse régionale - Avant-papier
17 Sep 2008
2008-09-17
Presse régionale - Avant-papier - Costumes
23 Sep 2008
Isabelle Nivet
2008-09-23
Presse régionale - Avant-papier
26 Sep 2008
Isabelle Nivet
2008-09-26
Presse régionale - Avant-papier
01 Oct 2008
Jérôme Gazeau
2008-10-01
Presse régionale - Avant-papier
03 Oct 2008
Jérôme Gazeau
2008-10-03
Presse régionale - Avant-papier
04 Oct 2008
Isabelle Nivet
2008-10-04
Presse régionale - Critique
07 Oct 2008
Isabelle Nivet
2008-10-07
Presse régionale - Critique
08 Oct 2008
Jérôme Gazeau
2008-10-08
Presse régionale - Critique
18 Oct 2008
Éliane Faucon-Dumont
2008-10-18
Presse régionale - Avant-papier
22 Oct 2008
2008-10-22
Propos - Presse régionale - Critique
05 Nov 2008
Véronique Hotte
2008-11-05
Presse nationale - Critique
08 Nov 2008
Armelle Héliot
2008-11-08
Web - Critiques
11 Nov 2008
Olivier Pansieri
2008-11-11
Web - Critiques
14 Nov 2008
Stanislas Dhenn
2008-11-14
Presse régionale - Avant-papier
17 Nov 2008
2008-11-17
Propos - Presse régionale - Critique
18 Nov 2008
2008-11-18
Presse régionale - Critique
20 Nov 2008
2008-11-20
Presse nationale - Critique
21 Nov 2008
René Solis
2008-11-21
Presse nationale - Critique
24 Nov 2008
T.J
2008-11-24
Presse nationale - Avant-papier
25 Nov 2008
Fabienne Arvers
2008-11-25
Web - Critiques
27 Nov 2008
Theothea
2008-11-27
Presse nationale - Critique
01 Déc 2008
Monique Le Roux
2008-12-01
Propos - Revue spécialisée - Critique
28 Jan 2010
Estelle Rivier
2010-01-28

Albums photos

Videos

Audio

Décor

Matière artistique